Rapport du SARAVYC sur l’expérience vécue par les clientèles en chirurgie affirmative du genre : les conclusions pour l’Ontario confirment celles des travaux de Connexion santé trans en plus de relever d’autres lacunes

Le 14 mars, 2018

Un nouveau rapport du SARAVYC, Stigma and Resilience Among Vulnerable Youth Centre, de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) livre un portrait de la situation actuelle du vécu des personnes trans lors de chirurgies d’affirmation du genre (CAG) en Ontario. L’analyse pour l’Ontario a été financée par des partenaires du projet Connexion santé trans (THEx), soit le Sherbourne Health qui abrite Santé arc-en-ciel Ontario, le Women’s College Hospital et le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH).

Selon la Dre Elizabeth Saewyc, principale signataire du rapport, « Le sondage livre un survol national et un portait pour l’Ontario des expériences vécues lors de chirurgies de transition au Canada. Ce rapport ajoute à l’information que nous avons déjà sur la façon dont sont offerts les soins en affirmation du genre et livre des faits importants sur la façon dont les personnes cheminent et vivent les chirurgies et les évaluations. »

Ce rapport, intitulé Sondage sur les expériences vécues en chirurgie affirmative du genre par les personnes trans vivant en Ontario, regroupe en majeure partie des expériences vécues avant les changements apportés en 2016 à la réglementation de l’Ontario pour l’aiguillage vers la CAG et constitue une banque de donnée de base d’une valeur inestimable pour toute évaluation future qui pourrait porter sur les expériences vécues à la suite de la réforme de la réglementation.

« Nous sommes heureux de constater que plusieurs des recommandations du rapport sont très proches des travaux en cours au sein du partenariat. On pense par exemple à la formation accrue en santé des personnes trans pour les prestataires de soins, à l’amélioration des choix pour des chirurgies plus près du domicile, à l’augmentation du soutien après les soins et à une plus grande clarté des procédures chirurgicales », souligne, au nom du projet THEx, Devon MacFarlane, qui dirige Santé arc-en-ciel Ontario, un programme du Sherbourne Health. « Ce rapport vient confirmer la validité des étapes que nous avons déjà entreprises et fait aussi le point sur le travail qui reste à faire dans le système de santé afin d’assurer une expérience accessible et uniforme à toute personne souhaitant subir une CAG en Ontario. Les effets qu’entraîne le fait de devoir voyager pendant plus de deux heures pour une CAG, tant pour le budget des personnes que pour les risques accrus de complications postopératoires, sont particulièrement frappants. »

Depuis les changements apportés en 2016 à la réglementation, qui permettent désormais aux prestataires de soins primaires en Ontario d’offrir des évaluations et d’aiguiller les personnes vers les CAG, le projet THEx a travaillé sans relâche à améliorer l’accès aux CAG et aux soins postopératoires dans toute la province. À ce jour, le partenariat a permis :

  • d’éliminer la liste d’attente encore active au CAMH, qui comportait 1 600 évaluations, réduisant du même coup les temps d’attente de plus de 50 % pour la nouvelle clientèle;
  • d’augmenter la capacité du programme de répit de courte durée (ARC) du Sherbourne Health, un programme offrant des soins après les CAG, et dont se sont prévalues 27 personnes à ce jour;
  • de créer et d’offrir, par l’intermédiaire de Santé arc-en-ciel Ontario, un programme de formation aux prestataires de services visant à les rendre plus à l’aise et à accroître leurs compétences cliniques pour le renvoi en consultation – à ce jour, 327 prestataires dans 11 RLISS y ont participé;
  • d’entreprendre les grandes étapes menant à la mise sur pied d’un programme de chirurgies affirmatives du genre au Women’s College Hospital, notamment la création d’un modèle de soins inspiré de la communauté et l’acquisition d’une expertise en chirurgie;
  • de collaborer avec divers intervenants et avec des membres de la communauté pour la création de La chirurgie de transition = foire aux questions, une ressource pour aider la clientèle à cheminer dans la procédure d’approbation du financement.

Les partenaires du projet THEx continuent de mettre en place les divers changements exigés en matière d’accès aux soins de santé pour les personnes trans tout en conseillant le gouvernement de l’Ontario sur les politiques et les lacunes qui restent à prendre en charge dans le système.

Renseignements

Colleen Westendorf
Coordination des communications
Santé arc-en-ciel Ontario – un programme du Sherbourne Health
cwestendorf@rainbowhealthontario.ca
416 324-4100, poste 5332                

Quelques faits

Parmi les principales constatations du rapport, mentionnons :

  • “…Bien que 12 % des personnes ayant répondu au sondage se disaient non binaires (comparativement à trans masculine ou trans féminine), dans une question distincte, nous demandions aux personnes de préciser leur identité de genre et le grand nombre de réponses différentes que nous avons reçues suggèrent qu’une compréhension beaucoup plus approfondie de la notion de genre est nécessaire dans le cadre de toute la procédure des chirurgies, surtout en ce qui a trait aux identités non binaires.”
  • “Plus de la moitié (57 %) des personnes répondantes en Ontario ont dit avoir eu à effectuer un trajet d’au moins 2 heures pour subir leur chirurgie. Bien que cela n’ait rien de surprenant, puisque de nombreuses chirurgies sont réalisées en Ontario, dans de nombreux commentaires écrits, on a dit recommander, comme principale mesure pour améliorer l’expérience vécue, que les voyages et les coûts qui leur sont associés soient limités.”

Lisez les constatations du rapport.

Le rapport recommande ce qui suit :

  • “Augmenter la formation adaptée aux personnes trans pour les personnes réalisant les évaluations afin de
    disposer d’un plus grand nombre de prestataires de soins primaires compétents pour les personnes trans.”
  • “Mettre l’accent sur un modèle axé sur le consentement éclairé et sur le patient qui garantirait que les
    personnes disposent de toute l’information dont elles ont besoin pour prendre la meilleure décision par
    elles-mêmes.”

 

Lisez les recommandations du rapport.